Qu’est-ce que le harcèlement ?

Le harcèlement général, c’est…

  • Soumettre quelqu’un, un groupe à de continuelles petites attaques.
  • Soumettre quelqu’un à des demandes, des critiques, des réclamations continuelles.
  • Très souvent, les harceleurs n’ont pas conscience qu’ils sont dans le harcèlement.
  • Le harcèlement sexuel, lui, est un délit qui se caractérise par des paroles dévalorisantes, ou par des gestes inappropriés à connotation sexuelle ou sexiste.

Le harcèlement scolaire existe sous plusieurs formes il y a :

  • Le cyber-harcèlement, c’est un type de harcèlement qui se déroule généralement sur les réseaux sociaux et tout ce qui touche à la technologie. Sa particularité est la façon dont on peut harceler une personne : on peut le faire en restant anonyme ou bien à plusieurs, sans forcément qu’il y ait de témoins.
  • Le harcèlement physique : qui se fait par la violence.
  • Le harcèlement moral. C’est le harcèlement qui touche aux menaces, aux violences verbales… Ce harcèlement a plus un aspect psychologique que physique.
  • (Il existe plusieurs autres harcèlements mais ils sont moins courants.)

Les chiffres du harcèlement : (source : France info)

  • 10 % des élèves français sont victimes de harcèlement scolaire
  • 12% en primaire, 10% au collège et 3 ou 4% au lycée 14,5 %

Comment réagir face au harcèlement ?

Tout d’abord, il faut en parler pour ne pas s’enfermer dans le mutisme et sombrer dans une spirale négative. Pour cela, plusieurs personnes existent pour pouvoir parler. Premièrement, cela peut être nos parents car ce sont les premiers à ne pas nous juger et à pouvoir agir en prenant des décisions dans notre intérêt. Deuxièmement, il est aussi possible d’en parler à certaines personnes de la direction du collège, notamment la CPE, la principale ou encore la psychologue qui seront aptes à vous donner des conseils pour améliorer la situation ; sans pour autant recourir aux manières extrêmes comme la convocation des personnes concernées. De plus, il existe des dispositifs permettant de lutter contre le harcèlement mais qui nécessitent que les personnes au courant d’un problème au sein de l’établissement parlent.

En parallèle, si vous êtes témoins de cas de harcèlement, il est important que vous en parliez afin que les victimes soient soutenues et aidées ! Il ne faut surtout pas que vous gardiez le silence car il est important de réagir contre le harcèlement.

Témoignage

Nous avons interrogé une ancienne victime de harcèlement, qui souhaite rester anonyme.

1. A quel moment as-tu été victime de harcèlement scolaire ?
J’ai été victime de harcèlement scolaire à l’âge de 7 ans, quand j’étais en CE1, en primaire.

2. Comment cela s’est-il déroulé ?
Durant mon enfance, j’étais une personne ronde et je n’étais pas une fille qui s’habillait « à la mode ». Et, à cause de ça, mes camarades se sont moqués de moi.

3. Comment réagissais-tu ?
Je rentrais chez moi et faisais comme si de rien n’était. Puis, quand il était temps d’aller dormir, je m’effondrais en larmes dans mon lit, et je n’avais pas envie de retourner à l’école le lendemain.

4. En as-tu parlé à quelqu’un lorsque tu étais victime de harcèlement ?
Non, je le cachais à ma famille et je ne traînais plus avec mes amis.

5. A quel moment tes camarades ont arrêté de te harceler ?
Un jour, ma mère l’a appris et a fait les sorties de classes. Elle s’en voulait beaucoup car elle ne s’en était pas rendu compte.

6. Aujourd’hui, comment te sens-tu ?
Maintenant, je me sens bien, mais, parfois, j’y repense et me sens triste. Cette épreuve m’a permis de me rapprocher de ma mère. Maintenant, je sais faire face au harcèlement scolaire.

7. Quel est ton message pour les générations futures ?
Je souhaiterais que le harcèlement n’ait plus sa place dans la vie des gens et dans le monde.

Interview de Mme Lurier

Afin de compléter notre article sur le harcèlement, nous avons eu la chance d’interviewer Mme Lurier, CPE du collège Edmond Nocard.

Photo Interview CPE journaliste
Mme Lurier et les 3 journalistes, photo prise le 24/01/2019
  • Qui s’en occupe ?

Depuis peu, une recherche scientifique existe et permet de sensibiliser les CPE, afin de déceler les signes du harcèlement : les signes majeurs (décrochage scolaire très prononcé allant jusqu’au suicide), ainsi que mineurs (décrochage scolaire journaliers, isolement,…). Les auteurs ou les victimes ne sont souvent pas au courant qu’ils sont harceleurs ou harcelés, parce que ce sont des petits gestes répétés qui sont pour eux un petit jeu. A cause de cela, le harcèlement est lentement décelé. Le harcèlement est une réalité, par exemple, chaque année, un cas ou plus de harcèlements moraux ou technologiques sont décelés au collège. Aucun protocole n’est encore établi pour les collèges ou lycées. Une fois que les faits sont connus, la CPE alerte les chefs d’établissements (Mme Benayoun s’occupe des 5° et des 6°, tandis que Mme Girard s’occupe des 4° et des 3°.)

Les personnels médicaux-sociaux s’occupent des cas de harcèlements. Ils sont composés de l’infirmière scolaire et de la psychologue.

  • Quelles sont les sanctions ?

Les sanctions sont différenciées selon le degré de harcèlement et les catégories suivantes :

  • Harceleur/auteur
  • Témoins (passifs et actifs)
  • Victime

La victime

Suivant le degré de harcèlement, il y aura un travail de reconstruction plus ou moins important, un suivi psychologique et une coordination entre la famille, le collège et l’élève. Il y aura aussi très souvent des rencontres entre l’infirmière, l’élève, le professeur principal et la CPE. Si le cas de harcèlement est très important, il pourrait y avoir une aide externe comme des rendez-vous avec un psychologue.

Le harceleur

Pour le harceleur, il y aura des sanctions disciplinaires et, si le cas de harcèlement est important, cela peut aller jusqu’au conseil de discipline. Les sanctions qu’il peut avoir sont l’avertissement, le blâme, l’exclusion de classe (de 1 à 8 jours), voire, l’exclusion définitive de l’élève. L’objectif est aussi la reconstruction de lui-même par les sanctions. Il est coupable mais il est très important de lui permettre une réparation psychologique : des études montrent que les harceleurs sont souvent des anciens harcelés. En plus de cela, des réunions de la commission éducative (instance où se réunissent : l’infirmière scolaire, la CPE, le chef de l’établissement, les professeurs, les délégués, le professeur principal et l’élève harcelé) auront lieu. Des discussions permettent de trouver des solutions pour pouvoir le ré-inclure dans le système scolaire. Parfois, il n’est pas conscient qu’il harcèle. Enfin, il y aura un travail autour de l’estime de soi et de reconstruction pour éviter des violences ou autres problèmes.

Les témoins

Il y a 2 sortes de témoins:

  • Le témoin actif : il va participer (amis)
  • Le témoin passif : n’intervient pas, mais est présent, par peur, par domination, ou pour ne pas être une balance.
  • Il y en a qui le disent quand même aux adultes, mais c’est rare.

Le rôle de la CPE

Son rôle est de conseiller et de rapporter au chef d’établissement ce qui se passe au collège. Aussi, il prévient les familles et les professeurs. Son but est aussi d’aider l’élève à se reconstruire après avoir été victime de cela.

  • Que se passe-t-il après tout cela ?

Après les sanctions, le harceleur et le harcelé pouvoir avoir un comportement violent envers les enfants, les professeurs et les parents. Toutes les sanctions (punitions, règlement intérieur…) ne sont pas contre lui mais pour lui.

Ainsi, le témoin devient très important dans les cas de harcèlement car, grâce à lui, les adultes peuvent agir rapidement ce qui permet de stopper le harcèlement le plus tôt possible pour pouvoir soigner et réparer le harcelé plus rapidement.

Enfin, le travail collectif permet au harceleur d’avoir confiance en lui et aux autres et vice-versa.

Enyma

Laisser un commentaire